Faut-il internaliser ou externaliser la compétence Linkedin ?

Une entreprise qui utilise Linkedin collectivement (social selling, sourcing, recrutement, etc.) peut considérer qu'il s'agit d'un outil comme un autre, nécessitant un savoir-faire particulier, avec une partie de ce savoir-faire qualifié de stratégique et justifiant d'être internalisé et l'autre externalisable.

DAns cette vision, il appartient à l'entreprise de réaliser un arbitrage entre le faire et le faire-faire (gain de temps mais risque d'externaliser la compétence donc de la donner à des concurrents ou risque d'acheter plus cher ladite compétence que si elle était faite au sein de l'entreprise).

S'agissant d'une compétence récente (être "bon en LInkedin" est une notion qui n'existait pas voici deux ans), la tendance est encore plus forte de se doter d'une taille critique donc de vouloir l'internaliser (pour ne pas prendre le risque d'en faire cadeau à un concurrent).

L'absence de maturité de cette activité milite en revanche pour tout externaliser au départ. Explications.

Rappel de l'utilité de Linkedin

EN premier lieu, il est utile de rappeler à quoi sert Linkedin. Linkedin procure 4 bénéfices principaux à ses membres. 

  • entretenir les liens avec leur réseau, leur univers professionnel.
  • trouver un travail ou de mieux faire leur travail (commerciaux, marketeurs, acheteurs, responsables ressources humaines, etc.)
  • être plus efficaces collectivement grâce à Linkedin (recrutement, commercial, marketing, achats,..), pour une entreprise ou une association.
  • augmenter leur valeur marchande sur le marché du travail par le biais d’une activité bien pensée sur ce réseau social. 

Dans le cas particulier d'une entreprise sur le BtoB, LINKEDIN joue un rôle croissant dans son action commerciale et marketing.